PortailAccueilGalerieDossiersFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Les bulletins loup N° 26 et 27 viennennt de paraitre : http://nature-biodiversite.forumculture.net/t69-bulletin-loup-oncfs-mars-1998-a-septembre-2012 pourles lire "sans problème" les enregistrer puis les ouvrir sous Adobe reader X

 

1 - Exact et cinq aux pattes de devant.

 

2 – certaines des régions de l’ADN, appelées microsatellites, propres à chaque individu, sont utilisées pour déterminer le génotype d'un animal, c’est-à-dire sa carte d’identité génétique

 

3 - En 2007, on dénombre ainsi au minimum 207 loups différents qui ont été détectés à un moment ou à un autre sur le territoire français au cours de ces 15 dernières années.

 

4 - Le hurlement a une durée moyenne d'une demi-seconde à 11 secondes. On distingue plus de 12 tonalités différentes - Vous pouvez écouter 3 hurlements ci-dessous /SPAN>.

 

5 - La nuit, les yeux du loup paraissent phosphorescents car ils sont tapissés d'une couche de cellules, le tapetum lucidum, ce qui lui permet de voir presque aussi bien que le jour. C'est une surface réfléchissante derrière la rétine (région qui comprend les cellules sensibles légères) cela renvoie la lumière aux travers et la projette vers l'arrière (ce qui donne l'effet des yeux qui brillent la nuit)

 

6 - Les loups utilisent tout un éventail de grognements, gémissements et brefs aboiements pour communiquer entre eux au sein de la meute, ils ajoutent à ces signaux sonores des signaux visuels, principalement par l'expression de leur visage, leur posture leur mouvements et la position de leur queue.

 

7 - Pas du tout, cette image est erronée. Le loup  en cas de soumission passive, roule sur le dos et expose sa région génito-anale afin de montrer sa soumission à l'autre loup, en sachant qu’il risque vraiment très

gros….

 

8 - Selon les références on trouve de 15 à 40 sous-espèces, cependant la tendance aujourd'hui est à réduire considérablement cette liste de sous-espèces en considérant qu'il s'agit dans la majorité des cas d'adaptations locales de l'espèce Canis lupus (notamment par les analyses et statistiques du taxonomiste Ron Nowak). On peut distinguer 2 groupes de sous-espèces : celles d'Amérique et celles d'Europe.

 

9 – C’est absolument interdit par la convention de Berne qui stipule dans l’annexe 2 : Sont notamment interdits 

b) la détérioration ou la destruction intentionnelles des sites de reproduction ou des aires de repos;

 

Comme par les  Directives européennes du 21 mai 1992 :

 

CE/92/43 - Annexe 4 : Directive Faune-Flore-Habitat, annexe 4 : espèce strictement protégée, la capture et la mise à mort intentionnelle est interdite tout comme la perturbation des phases critiques du cycle vital et la destruction de leurs aires de repos et de leurs sites de reproduction.

 

10 - De 0 à 6 mois, le loup est appelé louveteau, loupiote pour la femelle. De 6 mois à 1 an, il s’agit de louvards et louvardes, de 1 à 2 ans, on parle de jeune loup. A partir de 2 ans et jusqu’à 4 ans, on parle enfin de loup, puis de grand loup de 4 à 5 ans, de vieux loup de 5 à 8 ans et de grand vieux loup au-delà.

 

11 –  Le Loup est une vieille constellation. Pour les grecs, il s'agissait d'un animal que le Centaure portait empalé sur sa lance.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Loup_(constellation)

 

12 – Heureusement que non ! Le problème peut se poser (comme à tout autre prédateur) quand le loup a en face de lui quantité de proies potentielles présentant toutes les caractéristiques de la proie idéale. La prédation peut alors dépasser les besoins alimentaires. Ce phénomène appelé « over-killing » est tout de même assez rare comme en témoignent les statistiques.

 

13 - C’est Charlemagne qui posa les jalons de cette administration qui, bien que parfois malmenée, existe toujours aujourd’hui. Les luparii ont été institués par le capitulaire de Villis en 813. Ces chasseurs spécialisés recevaient en échange de leurs services des exemptions aux devoirs militaires par l’Etat, et une prime touchée auprès des habitants à chaque loup tué

14 - Des oreilles à la queue, de la fourrure aux excréments : dans le loup tout est bon pour la guérison, pourrait-on dire. Accommodés de diverses manières et accompagnés par d’autres ingrédients aux pouvoirs renforcés par des incantations : les fragments choisis de l’animal redouté ne peuvent que combattre la peur et ses conséquences, comme la colique, voire l’impuissance. Grâce à ses dépouilles, on peut également profiter de ses qualités : vélocité, endurance, souplesse et courage, mais aussi vue exceptionnelle et sexualité que l’on prétend débridée. Un exemple :

- Réduits en poudre et mêlés à du vin ou du miel, les excréments guérissent la colique, les sciatiques, les maux de dent…, et améliorent la vue. Encore convient-il de les recueillir sans qu’ils aient touché terre !…

 

15  -Malheureusement non. A l'origine, le loup était le mammifère le plus répandu sur la planète. De nos jours, sa répartition a dangereusement chutée notamment aux Etats-Unis et en Europe.

La population mondiale actuelle serait d'environ 350 000 individus. Pour information, la population loup aux Etats-Unis s'élevait à environ 400 000 avant la campagne d'extermination menée au XVIIIe siècle. A la fin des années 60 il n'en restait plus que 1000. Actuellement hors Alaska, on en dénombre moins de 3000. Quant à l'Europe, on compte moins de 7000 individus.

 

16 - Dans les vingt dernières années du XIXème siècle, c'est une véritable extermination que l'on entreprend : tous les moyens sont bons pour éliminer la bête. Des primes revalorisées sont octroyées pour chaque bête abattue ou portée détruite. Si, grâce au progrès des armes à feu, on abandonne peu à peu le piégeage par "chambre à loup", "tour à loup", "hausse-pied",  fosse ou "louvier", utilisés depuis des siècles, ou encore les appâts garnis d'aiguilles ou de verre pilé, on utilise toujours des poisons variés et les."grippe-loups" aux mâchoires d'acier. En 1883 on tue plus de 1300 loups; 1000 en 1885, 500 en 1890, 400  en 1891, 330 en 1892, 115 en 1900, une centaine en 1902. En 1913, le catalogue de Manufrance (la Manufacture d'armes et cycles de Saint-Etienne), proposait des pièges et appâts empoisonnés contre
les loups. La strychnine a largement contribué à leur éradication
.

 

17 - Comme tous les grands prédateurs carnivores, le loup peut exercer un impact limitant sur les

populations d’ongulés sauvages. Le contexte français en général et dans les Alpes en particulier se caractérise par une situation d’abondance relative pour toutes les espèces d'ongulés sauvages, même si des disparités locales persistent. Compte tenu de ce système à proies multiples et du caractère généraliste du loup, l’impact de la prédation par le loup n’est donc que rarement immédiatement lisible sur le terrain, sauf peut-être localement si l’on considère le cas des proies plus sensibles car soit mal adaptées (cas du mouflon en zone montagneuse), soit soumises à l’exploitation conjointe de la chasse et d’une meute de loups numériquement conséquente  concentrant sa quête alimentaire sur de faibles superficies (cas de certaines populations de chevreuils ou de cerfs localement plus denses avant l’arrivée

du loup). Quoiqu’il en soit, le risque de disparition de l’une de ces espèces est exclu.

 

18 – Les objectifs de cette méthode ont pour Objectif de Détecter les épisodes de reproduction au sein des groupes de loups identifiés dans les ZPP par le travail de prospection hivernale du réseau loup de l’ONCFS. Les tests de la méthode engagés entre 2003 et 2005 ont démontré que l’on avait au mieux 60 % de chances de contacter les loups si ceux-ci ont des jeunes et que la prospection est ciblée grâce aux connaissances acquises les années précédentes. En moyenne, lors des opérations sur ZPP, le taux de réponse est de 20 %

 

19 – Eh non, le berger des Pyrénées ou labrit est le plus petit chien de berger français. Il est originaire comme son l'indique des Pyrénées,  région montagneuse et frontalière entre la France et l'Espagne.
Les vallées du département des Hautes-Pyrénées (65) semblent être sont berceau d'origine.
Principal auxiliaire des éleveurs de moutons de cette région, son travail consiste à aider le berger dans sa conduite du troupeau, le tri, le parcage, la surveillance des jeunes lors de l'agnelage. Aide dévoué il est fort utile lors de la transhumance des troupeaux. Le patou c'est "Le montagne des pyrénées"
.

 

20– Pas tout à fait, mais un peu plus le chiffre exact est de 3208 dont 87 caprins, 44 bovins, 3 équins, 6 chiens. Il est a noter que toutes les victimes ne sont pas imputables au loup, et qu’il englobe le dérochement de 400  ovins survenu au mois de juillet.