PortailAccueilGalerieDossiersFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Les bulletins loup N° 26 et 27 viennennt de paraitre : http://nature-biodiversite.forumculture.net/t69-bulletin-loup-oncfs-mars-1998-a-septembre-2012 pourles lire "sans problème" les enregistrer puis les ouvrir sous Adobe reader X

Partagez | 
 

 Quand les Sénateurs s'en mêlent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
tite drine
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2155
Age : 38
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 01/06/2006

MessageSujet: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Sam 26 Jan 2008 - 0:59

On vient de me faire passer ce texte.... peur peur peur

http://www.senat.fr/rap/r07-168/r07-168_mono.html#toc369

Citation :
2. Réguler les prédateurs
a) Assouplir la réglementation protégeant les prédateurs


* La réglementation actuelle


Les grands carnivores présents en France, tels que le loup et l'ours, sont des espèces protégées par des dispositions internationales -notamment la convention de Berne de 1979-, par la directive communautaire Habitats et par des dispositions nationales inscrites plus particulièrement dans le code de l'environnement. La protection instaurée par ces normes et conventions tend à la conservation de ces espèces, voire à leur restauration.

Selon ces textes, la régulation de ces espèces -c'est-à-dire l'élimination délibérée de certains de leurs membres en vue d'atteindre un volume défini de bêtes- est interdite. Par dérogation à ce principe général d'interdiction, des prélèvements de loups sont toutefois possibles sous réserve du respect de conditions strictes (bon état de conservation de la population, motif valable telle la prévention de dommages importants aux troupeaux, absence d'autres solutions alternatives).

Le dispositif français autorise dans les départements concernés à prélever des animaux, par tir à balles, en cas de dégâts aux troupeaux et sous réserve du respect d'un quota national d'animaux à prélever. En 2004, ce quota était fixé à quatre individus et deux loups furent abattus. Depuis 2005, le quota national est passé à six individus, avec un loup prélevé en 2005 et deux en 2006.

Les tirs de prélèvement organisés sous le contrôle de l'ONCFS, comme les tirs de défense auxquels sont autorisés individuellement les éleveurs titulaires d'un permis de chasser valide, en cas d'attaques répétées malgré la mise en oeuvre de mesures de protection de leur troupeau et le recours à l'effarouchement, n'ont pas pour objectif de réguler la population de loups, mais d'apporter une aide aux éleveurs confrontés à des dommages récurrents.

Entre 2005 et 2006, afin de tenir compte des dégâts occasionnés aux troupeaux dans les années antérieures, le seuil autorisant le recours au tir létal a été abaissé. Il est passé de quatre attaques faisant au moins une victime indemnisable suivie de trois semaines d'effarouchement effectif en 2005 à deux attaques suivies d'une semaine d'effarouchement en 2006. Depuis 2006, pour les troupeaux protégés, l'effarouchement (par source lumineuse ou sonore aussi bien que par tir à la grenaille) n'est plus soumis à autorisation. Le protocole d'intervention sur le loup pour 2007-2008, qui a reçu un avis favorable du conseil national de protection de la nature, reconduit au niveau national les seuils, modalités et conditions définies en 2006.

* Le « déclassement » de l'espèce

Si des mesures strictes de conservation sont parfaitement compréhensibles, et même souhaitables, pour des populations animales dont l'équilibre démographique est précaire, ce n'est plus aujourd'hui le cas d'une espèce comme le loup. Dès lors, il conviendrait, au sein de la convention de Berne, de « sortir » le loup de la catégorie dans laquelle il est actuellement classé. Il s'agirait ainsi de déclasser le loup de l'annexe II à l'annexe III de ladite convention, soit d' « espèce totalement protégée » à « espèce protégée », un statut autorisant des tirs de régulation de l'espèce.

La France, en adoptant une telle position, ne serait d'ailleurs pas isolée : des pays comme la Suisse, la Finlande ou la Norvège demandent aujourd'hui le déclassement de l'espèce. L'écriture du second plan loup, pour la période 2008-2013, devrait être l'occasion de fixer des objectifs précis de régulation de cette espèce.

* L'assouplissement des conditions de prélèvement


Si le déclassement de l'espèce s'avérait impossible, il serait néanmoins envisageable d'élargir les possibilités de prélèvement des prédateurs.

Depuis janvier 2007, le guide interprétatif sur la protection stricte des espèces animales d'intérêt communautaire par la directive Habitats valide en effet, la possibilité de mettre en oeuvre des mesures dérogatoires, à titre préventif, sans attendre que des dommages aient lieu dans les cas où il est vraisemblable qu'ils se produisent.

Il serait donc opportun de permettre aux éleveurs de prélever eux-mêmes des prédateurs, sans attendre une quelconque attaque mais dès lors qu'ils se situent dans des zones à risque
. Ce qui n'empêcherait pas, parallèlement, la reconduite des actions de prélèvement collectives menées sous l'autorité de l'ONCFS.

b) Rééquilibrer les financements respectifs des prédateurs et des ovins
L'importance des montants accordés aux programmes de gestion des grands prédateurs -plus de 6 millions d'euros chaque année- émeut de nombreux éleveurs ovins. Ceux-ci doivent en effet en supporter les conséquences sur leurs troupeaux, alors que leur filière connaît une situation de crise et que ses revenus n'ont cessé de diminuer en valeur relative au cours des dernières décennies. Il y a bien quelque chose, sinon d'indécent, du moins d'incohérent, à constater les montants alloués à la préservation de prédateurs -dont le caractère sauvage empêche d'ailleurs que le public puisse les voir- alors que les éleveurs qui en supportent les méfaits peinent à « joindre les deux bouts ».

Si vos rapporteurs ne souhaitent pas remettre en cause, dans son principe, la politique de conservation des espèces menacées, ils sont cependant d'avis qu'un rééquilibrage entre les crédits lui étant alloués et ceux bénéficiant à des filières concourant, au moins tout aussi efficacement, à la préservation de la biodiversité et à la qualité des paysages, serait un signal politique fort auprès de professionnels oscillant aujourd'hui entre incompréhension, découragement et colère.

Par ailleurs, le système d'indemnisation des éleveurs victimes d'attaques de prédateurs devrait être révisé, en vue de le rendre plus souple, plus rapide et plus efficace. Prises en compte dans la mesure "T" des CAD, puis dans la mesure 323C du plan de développement rural hexagonal (PDRH), ces indemnisations s'élèvent en moyenne à 140 euros par animal. Elles varient beaucoup en fonction de son statut (s'il s'agit d'une brebis, d'une brebis gestante, d'un agneau ou d'un bélier), de l'année et de la valeur de la viande ovine sur les marchés.

Il serait donc de bonne politique de conforter le montant des indemnisations, de les harmoniser, de faire preuve de plus de souplesse dans leur octroi et d'accélérer le traitement des dossiers.

c) Renforcer les moyens de défense des troupeaux
De nombreux moyens de défense « passive » -que l'on opposera à la défense « active » que constituent les prélèvements- existent et font l'objet d'aides au financement publiques. Cependant, leur efficacité pourrait être renforcée, tandis que de nouveaux moyens de protection pourraient être expérimentés.

Il serait d'abord utile d'adapter les dispositifs de défense actuels. Par exemple, les chiens de garde des troupeaux contre le loup, dits « patous », ont pu causer des problèmes, en s'attaquant parfois à des touristes ou des randonneurs s'étant approchés des bêtes qu'ils protégeaient. A cet égard, un accompagnement de leur usage par les ministères en charge de l'agriculture et de l'écologie serait une bonne chose.

D'autre part, de nouveaux dispositifs devraient faire l'objet d'une réflexion.

Si les chiens de bergers ont pu prouver, sous certaines réserves, leur rôle positif, les ânes sont une ressource qui n'a pas encore été exploitée comme elle le pourrait. Des expériences pilotes ont montré leur efficacité comme animaux de protection aussi bien en présence de lynx qu'en présence de chiens errants, leur caractère préventif face au loup restant en revanche incertain. Peu coûteux, ils n'ont, contrairement aux chiens de protection, pas besoin d'une nourriture spécifique et peuvent sans problème être laissés seuls avec le troupeau.

Par ailleurs, à cause de sa grande taille, le gros bétail n'est en général pas la proie des lynx et qu'exceptionnellement celle des loups. Les pâturages mixtes avec des boeufs pourraient donc également constituer une mesure de protection adaptée. La possibilité de mettre en place de nouvelles formes de pâture avec du gros et du petit bétail pour la protection de petits troupeaux de moutons et de chèvres devrait faire l'objet d'essais à l'avenir.

La mise en place d'enclos électriques, pratiquée en Italie, serait également un moyen efficace de protéger les troupeaux contre le loup, l'ours ou le lynx. Ces dispositifs y ont en effet fait leurs preuves, qu'il s'agisse de clôtures de l'ensemble des surfaces pâturées permanentes ou de parcs de nuit pendant les périodes d'estivage.

Dans les secteurs où la mise en place de mesures de protection s'avère inopérante -c'est-à-dire dans les zones de montagne accidentées et pour les petits troupeaux- ou incompatible avec la pratique de loisirs et du tourisme -présence de chiens patous-, il serait judicieux de mettre en place des zones d'exclusion.

Et à l'inverse, il ne semble plus possible de faire l'économie d'une réflexion de fond sur l'opportunité d'aménager de grandes réserves naturelles, vastes de plusieurs dizaines d'hectares où les prédateurs qui bénéficieraient de lâchers de proies afin de pourvoir à leur nourriture, pourraient trouver des conditions de vie proches de celles qu'ils auraient naturellement.
je vous a retranscrit la mise en page la plus fidèlement possible, et pas facile les yeux embués................ Crying or Very sad

_________________

"Lorsque l'homme aura coupé le dernier arbre, pollué la dernière goutte d'eau, tué le dernier animal et pêché le dernier poisson, alors, il se rendra compte que l'argent n'est pas comestible."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://drine.info/
Olivier

avatar

Masculin Nombre de messages : 164
Age : 35
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Sam 26 Jan 2008 - 1:12

Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 2957
Age : 68
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Sam 26 Jan 2008 - 1:17

Putain, ça a l'air de vrais paysans, ils disent exactement le contraire de ce qu'il faudrait faire.... geek geek
Grave les deux vieux...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CANIS
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 2965
Age : 65
Localisation : Sud Sud Est des Alpes
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Sam 26 Jan 2008 - 5:09

C'est à ce :banghead: . J'ai noté (entre autre) :
Citation :
Dans les Alpes-Maritimes, 403 moutons ont péri le 20 juillet 2002 sur la commune de Moulinet, directement victimes d'une attaque de loups.
20 juillet 2002 ! scratch Dites moi...! Cela ne vat pas faire 6 ans dans 6 mois ça ? Ben mon c*** ils ont la rancune tenace les deux sbires .

_________________
Respecte la nature et elle te le rendra. Détruis-la, et elle te détruira. Ce n'est que justice.
Aussi petit que soit l’amour, il sera toujours plus grand que la haine.


Le coup de fusil part. L'oiseau tombe, moins bas que le chasseur.
Sylvain Tesson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff

avatar

Masculin Nombre de messages : 446
Age : 62
Localisation : Bruxelles - Belgique
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Sam 26 Jan 2008 - 6:02

Bonjour,

Je viens d'envoyé un mail aux associations suivantes: ASPAS- NATURE, Fondation Aves et Ferus concernant ce texte.
Il faut resté vigilant.

Staff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cpnbrabant.be
Aude

avatar

Féminin Nombre de messages : 106
Age : 37
Localisation : Paris ou le Mercantour
Date d'inscription : 11/06/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Sam 26 Jan 2008 - 14:18

Shocked C'est pour le moins effrayant de lire ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terredesloups.over-blog.org/
Wooulf

avatar

Masculin Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Sam 26 Jan 2008 - 17:11

CANIS a écrit:
C'est à ce :banghead: . J'ai noté (entre autre) :
Citation :
Dans les Alpes-Maritimes, 403 moutons ont péri le 20 juillet 2002 sur la commune de Moulinet, directement victimes d'une attaque de loups.
20 juillet 2002 ! scratch Dites moi...! Cela ne vat pas faire 6 ans dans 6 mois ça ? Ben mon c*** ils ont la rancune tenace les deux sbires .
Bonjour,
Ce n'est pas de rancune mais c'est le temps de réaction extrèment long du club du 3ème de la politique (le Sénat). Plus de six après, pourquoi les loups ne bénéficient-ils de la préscription ? Crying or Very sad
Les contradictions politiques deviennent abhérrantes.

Bob.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tite drine
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2155
Age : 38
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 01/06/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Dim 27 Jan 2008 - 1:47

Michel, tu es bien sur que rien de ce texte n'est encore officiel, parce que cette phrase à la fin me fait un peu peur
Citation :
Dans sa réunion du mercredi 16 janvier 2008, la commission des affaires économiques a adopté à l'unanimité ce rapport d'information.

_________________

"Lorsque l'homme aura coupé le dernier arbre, pollué la dernière goutte d'eau, tué le dernier animal et pêché le dernier poisson, alors, il se rendra compte que l'argent n'est pas comestible."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://drine.info/
Michel
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 2957
Age : 68
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Dim 27 Jan 2008 - 4:18

Mais non ce n'est qu'une commission (parmi tant d'autres Neutral ) du sénat qui a approuvé le rapport des 2 vieux séniles et ce n'est pas le sénat qui légifère dans la loi française...et surtout pas une de ses commissions Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wooulf

avatar

Masculin Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Dim 27 Jan 2008 - 4:26

Bonjour,

Je me permet un petit hors sujet de quelques lignes pour mieux analyser et comprendre le rapport n° 168, dont fait mention Tite Drine. Et ce, a l'attention de nos amis et voisins européens qui aurait quelques difficultés de compréhension à l'égard du fonctionnement des institutions françaises.

Hors sujet :
En tant qu'ancien juriste en droit constitutionnel français, je vais tenter d'expliquer, de façon basic, le fonctionnement des procédures parlementaires valables pour l'Assemblée Nationale et le Sénat, sur : Les questions aux gouvernements et les Commissions permanentes parlementaires.

Questions aux gouvernement : Les questions aux gouvernement sont publiques (transmission par les médias, télévisons (Public Sénat et France 3, essentiellement)). Elles doivent être déposées auprès du Président de séance, au moins, une semaine avant la séance public. Pour permettre aux ministres de préparer les réponses. Les réponses sont ensuite déposées aux secrétariat du Président de séance. Cela ressemble a une mise en scène théâtrale à destination du peuple (le bétail économico-électorale, que nous sommes).

Commissions permanentes : Les membres des commissions sont nommés parmi les élus des assemblées et sièges en permanences pour traiter divers sujets nationaux ou internationaux. Dans un premier temps les membres sont auditeurs et ensuite rapporteurs (je fais très simple). Les rapports sont des avis et non pas pouvoir législatifs. Mais peuvent engendrer des projets de lois (Gouvernement) ou des propositions de lois (Assemblée Nationale et/ou Sénat).
...Fin hors sujet.

Le rapport d'information n° 168. Session ordinaire de la Commission des affaires économiques.
(NB : il s'agit de la commission des affaires économiques et non de l'environnement, et/ou de l'agriculture).

Ce rapport explique toutes les difficultés économiques de la filières ovines avec des historiques expliquants tous les éléments responsables de la dégradations des revenus des éleveurs. La concurrence internationale, les problèmes sanitaires (maladie, abattages clandestins), et les grands prédateurs, etc...
Mon avis : Les difficultés rencontrées par les éleveurs ne sont pas contestables. Elles sont l'accumulation des plusieurs paramètres dont, en parties, les grands prédateurs.
Mais on ne fait mention des grands prédateurs qu'a partir de la page 46, Chapitre II - art. 18.

Curieusement, l'article 18. Les Prédateurs. :
Commence par une phrase qui peut hypnotiser et occulter tous les autres difficultés :
« Sujet sensible par excellence, le thème des rapports entre troupeaux
ovins et prédateurs est également un sujet d’importance pour la filière sur
lequel vos rapporteurs se sont penchés avec une grande attention. »
Mais les rapporteurs modèrent, un peu, en utilisant le mot « également ». Quelques lignes plus loin une petite liste (loups, ours, lynx, rapaces.....).

Dans le sous-article : a) Une présence désormais bien établie en France.
Dans cette partie, on prépare gentiment le terrain, en orientant, vers un ordre de prédation. Du prédateur le plus actif au moins actif.

Dans le sous-article : b) On parle que des conséquences des attaques de « loups ». En faisant un rappel historique et dénonçant les problèmes que subissent les ovins et les soi-disant problèmes d'atteinte à la biodiversité et à la qualité des paysages.
Mon avis : Le loup comme les autres prédateurs font parties de la biodiversité. Les politiques devraient nous donner leurs définition de la biodiversité.

Dans le sous-article : c) on dit que ça coûte cher au contribuable.
Faisons une analyse des coûts : Le tableau synthétique présenté, laisse voir clairement que les actions d'information et les activités partenariales peuvent être positives si on développe les budget conséquents. En effet, l'investissement 2006, dans ce domaine, en faveur de l'ours est de 350 000 € et les dégâts, indemnisés sur les cheptels, de 112 000 €. Pour le loup, 40 000 € pour des dégâts indemnisés de 690 000 €. Bien sur, il y a plus de loups que d'ours. néanmoins, cela démontre que l'information et l'aide aux activités de partenariats doivent être financées mais dans les dispositions qui prises dans le Titre IV du rapport, on ne fait pas mention de cette différence.

Je passe les détails concernant les sous-articles d), e) et f), je vous laisse le soin de lire. Mais l'article 18 du Titre II se termine par un témoignage poignant d'un éleveur des Alpes-Maritimes, ou j'ai relevé deux phrases explicites qui peuvent décider des politiques à reconsidérer la question de la protection des grands prédateurs dont le loup.

« J'enrage de mon impuissance quand je constate les dégâts par temps de brouillard l'hiver, par pleine lune les nuits d'été, par Mistral qui m'empêche d'entendre mes cloches et quand mon troupeau se divise, dans des zones boisées. »

Ah, les nuits de pleine lune, quelle problème.

« Alors si une résonance de notre entrevue du 25 juillet dernier peut se réaliser, si ma raison de vivre vous a convaincus, je resterai bergère et libre de mes pensées sur un loup qui n'est pas plus à protéger que chacun de nous. »

Eh oui, dans la détresse, qui peut être justifiée par l'ignorance de l'animal, cette personne considère que le loup n'est pas menacé et qu'il n'y a aucune raison de le protéger. Elle focalise tous ses problèmes sur le loup. Et ce comportement peut être négatif pour la « bête ».

Ce qui nous amène tous droits sur le Titre IV – Chapitre 2, présenté par Tite Drine et que vous avez déjà lu.

j'ajoute pour conclure que les personnes auditionnées sont des éleveurs/bergers, des hauts fonctionnaires des administrations nationales ou territoriales et des élus et qu'aucun scientifiques indépendants ou personnes compétentes et indépendantes dans ce domaine, excepté des fonctionnaires de l'O.N.C.F.S. n'ont été auditionnés.
Que ce rapport émane de la Commission des affaires économiques.
Que seuls les arguments économiques ont été pris en considération en utilisant, néanmoins, la sensibilité et la détresse de certaines personnes.
Que des éléments ont été occultés pour définir les mesures proposées comme la différence des investissements pour : Actions d'information et activités partenariales, entre le loup et les autres prédateurs.

STAFF : Je suis entièrement d'accord avec Michel et Tite Drine, le loup n'est pas dans une bonne situation même si ce rapport n'est qu'un avis consultatif. Qu'il ne faut confondre les questions aux gouvernement dont tu as fait mention car elles sont préparées à l'avance et si tu analyse les dates, tu remarquera la similitude entre la question posée et la sortie du rapport.

TITE DRINE : Le texte est officiel mais il ne fait pas loi car c'est un rapport de commission ayant un avis consultatif.

Cordialement,

Bob.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier

avatar

Masculin Nombre de messages : 164
Age : 35
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Dim 27 Jan 2008 - 4:31

Merci pour les éclaircissements !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff

avatar

Masculin Nombre de messages : 446
Age : 62
Localisation : Bruxelles - Belgique
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Dim 27 Jan 2008 - 4:46

Bonjour,

Ce qui m'inquiète c'est cette phrase:

Il conviendrait, au sein de la convention de Berne, de « sortir » le loup de la catégorie dans laquelle il est actuellement classé.
Mais comme le dit Bob, il s'agit d'une Commission économique et non des autres ministères.
Je vous rappel que la déléguée française été contre le déclassement du loup lors de la réunion du Comité permanent de la Convention de Berne.
Les associations de plusieurs pays avaient écrit au Conseil de l'Europe afin d'empêcher ce déclassement.
Je crois qu'il faut rester vigilant dans ce dossier.

Staff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cpnbrabant.be
Wooulf

avatar

Masculin Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Dim 27 Jan 2008 - 5:02

Staff a écrit:
Bonjour,

Ce qui m'inquiète c'est cette phrase:

Il conviendrait, au sein de la convention de Berne, de « sortir » le loup de la catégorie dans laquelle il est actuellement classé.
Mais comme le dit Bob, il s'agit d'une Commission économique et non des autres ministères.
Je vous rappel que la déléguée française été contre le déclassement du loup lors de la réunion du Comité permanent de la Convention de Berne.
Les associations de plusieurs pays avaient écrit au Conseil de l'Europe afin d'empêcher ce déclassement.
Je crois qu'il faut rester vigilant dans ce dossier.

Staff
Pour l'instant, je me suis explquer sur le fonctionnement des Commissions Parlementaires (Assemblée Nationale et Sénat) en France. Une commission parlementaire n'a aucun lien avec les ministères. Il y a plusieurs Commisssions parlementaires au sein de chaque assemblée, dont celle de l'économie. Mais elle n'a aucun rapport avec la Commission Européenne de Bruxelles ou le Conseil de l'Europe et les avis rendus ne concerne que la France.

Cordialement,

Bob.

Message modifié à 13:39.


Dernière édition par le Dim 27 Jan 2008 - 5:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff

avatar

Masculin Nombre de messages : 446
Age : 62
Localisation : Bruxelles - Belgique
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Dim 27 Jan 2008 - 5:30

Bonjour,

Voici le lien du Conseil de l'Europe

http://www.coe.int/t/dg4/cultureheritage/conventions/bern/T-PVS/Meeting26_fr.pdf

Je connais les parlements, nous avons plusieurs parlements en Belgique et même des commissions.

Mais je suis prudent dans les décisions de certains parlementaires (surtout - Région Wallonne).

La Commission Européenne est une autre institution et n'a rien avoir au Conseil de l'Europe.


Staff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cpnbrabant.be
Ugatza
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 7456
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Dim 27 Jan 2008 - 6:57

Citation :
Selon ces textes, la régulation de ces espèces -c'est-à-dire l'élimination délibérée de certains de leurs membres en vue d'atteindre un volume défini de bêtes- est interdite.

Citation :
Si des mesures strictes de conservation sont parfaitement compréhensibles, et même souhaitables, pour des populations animales dont l'équilibre démographique est précaire, ce n'est plus aujourd'hui le cas d'une espèce comme le loup. Dès lors, il conviendrait, au sein de la convention de Berne, de « sortir » le loup de la catégorie dans laquelle il est actuellement classé. Il s'agirait ainsi de déclasser le loup de l'annexe II à l'annexe III de ladite convention, soit d' « espèce totalement protégée » à « espèce protégée », un statut autorisant des tirs de régulation de l'espèce

Et donc..."d'atteindre un volume défini de bêtes", objectif interdit par la Convention de Berne.
Joli tour de passe-passe.
Comment est-on passé d'une chose à son contraire?
Mais à partir... de "l'aide aux éleveurs" bien sûr. Wink

Nulle part dans la loi n'est inscrite une "valeur seuil" au-dessus de laquelle une espèce peut être déclarée comme n'ayant plus besoin de la protection de la loi.
On comprend mieux pourquoi la Biodiversité a été peu discutée au "Grenelle"....

J'ai ouvert un sujet sur l'évolution des revenus des agriculteurs,
http://nature-biodiversite.forumculture.net/agriculture-bio-ogm-f45/augmentation-des-revenus-des-paysans-t1049.htm,
qui a peu intéressé.
Ceux des céréaliers vont plus que bien, merci.
Ceux des éleveurs continuent de diminuer.

Les sénateurs proposent rien moins que de réorienter les budgets "grands prédateurs" au profit de l'aide à l'élevage...alors que l'essentiel de ceux-ci est déjà consacré à l'aide technique à l'élevage et dépensé pour les éleveurs...
Donc pas un sou... de plus.

Que peut-on comprendre?

1)Que cet argent ne va plus servir à défendre les troupeaux, mais tomber directement dans la poche de ceux-ci, sans aucune contrepartie pour la protection de la Biodiversité.

2) Que la protection des troupeaux sera assurée par le tir des loups.

Les sénateurs ne se préoccupent guère de l'avenir des éleveurs et des conditions de leur longévité économique: une façon peu coûteuse (et symbolique) de les "aider" est de tuer des loups et pour cela de déclasser une espèce protégée.
La tentation de "tricher" et d'attribuer au loup des décés de bêtes ayant des causes bien différentes ne peut que s'accroître.
Citation :
le système d'indemnisation des éleveurs victimes d'attaques de prédateurs devrait être révisé, en vue de le rendre plus souple, plus rapide et plus efficace.
On sait déjà que l'éleveur est indemnisé même s'il existe un doute: dans 60 % des cas.
Alors autoriser les "prélèvements" par les éleveurs eux mêmes, et "faciliter" l'indemnisation ne peut avoir qu'une seule signification.
Revenir en arrière et "acheter" la paix civile au prix de la loi, de la protection de la nature, et...de l'argent du contribuable.
Il y a un moment où, si cette tendance se confirme, il faudra bien dénoncer, claquer la porte, ou collaborer et perdre son âme.

Au moment de voter...faut-il "relativiser" (comme pour l'Ortolan, par exemple)? Wink

_________________
A quoi ça sert un ours?
Et toi, à quoi sers-tu? Tu existes, c'est tout et c'est déjà prodigieux.
Et bien, c'est la même chose pour l'ours. C'est un être vivant, cela suffit.
Claude Dendaletche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 2957
Age : 68
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Dim 27 Jan 2008 - 9:27

Ugatza a écrit:
Revenir en arrière et "acheter" la paix civile au prix de la loi, de la protection de la nature, et...de l'argent du contribuable.
Il y a un moment où, si cette tendance se confirme, il faudra bien dénoncer, claquer la porte, ou collaborer et perdre son âme.

Au moment de voter...faut-il "relativiser" (comme pour l'Ortolan, par exemple)?


Ugatza pose la bonne question. Peut-on aujourd'hui revenir en arrière ? Ces gens là "du club du 3ème âge de la politique (le Sénat)" je me demande vraiment a quoi ils servent ?? Atali a trouvé qu'il y avait trop de députés alors que dire de ces messieurs ? Avec les émoluments qu'ils touchent, si ceux-ci étaient versés à la biodiversité....

Pour ma part je ne le pense pas que l'on puisse revenir en arrière, mais malheureusement lors du vote... What a Face pale affraid

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff

avatar

Masculin Nombre de messages : 446
Age : 62
Localisation : Bruxelles - Belgique
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Lun 28 Jan 2008 - 2:05

Bonjour,

C'est fait, le Conseil de l'Europe a reçu notre message concernant la décision de la Commission économique du Sénat.

Sa réponse est :

Merci de votre message. Come vous le savez la proposition suisse de déclassement du loup de la Convention de Berne a été rejetée en novembre 2006 (voir en bas).

Texte déjà placé sur ce forum.

Staff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cpnbrabant.be
Michel
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 2957
Age : 68
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Lun 28 Jan 2008 - 4:04

Staff a écrit:
C'est fait, le Conseil de l'Europe a reçu notre message concernant la décision de la Commission économique du Sénat.

Je crois que ça ne sert à rien que l'on explique...

Il n'y a aucune décision de la commission éconnomique du sénat, mon pauvre Staff geek

Tu relis calmement ce qui a été écrit avant en faisant l'effort d'essayer de comprendre ce dont il est question...

Quant au déclassment du loup, la commission n'en fait aucunement la demande, et cela n'a rien a voir avec la demande la Suisse

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff

avatar

Masculin Nombre de messages : 446
Age : 62
Localisation : Bruxelles - Belgique
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Lun 28 Jan 2008 - 4:09

Bonjour,

Petit détail, les éleveurs ont demandé aux Ministres qu'ils prennent des mesures concernant le déclassement du loup de la
Convention de Berne.

Je crois que c'est toi qui est mal renseigner.

Staff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cpnbrabant.be
Michel
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 2957
Age : 68
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Lun 28 Jan 2008 - 4:16

Staff a écrit:
Bonjour,

Petit détail, les éleveurs ont demandé aux Ministres qu'ils prennent des mesures concernant le déclassement du loup de la
Convention de Berne.

Je crois que c'est toi qui est mal renseigner.

Staff

Mais t'es complètement louff ou quoi geek geek ???

QUI te parles des éleveurs ICI ?????

ON parle du texte émis par les sénateurs...

Maintenant tu vas arrêter ton cinéma...ou comme je te l'ai déjà dis tu ne vas pas faire long feu ici

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wooulf

avatar

Masculin Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Lun 28 Jan 2008 - 6:16

Michel a écrit:

ON parle du texte émis par les sénateurs...
...de la REPUBLIQUE FRANCAISE...
et non de la Suisse ou de la Belgique. STAFF, je commence à penser que tu le fais exprès.



Bob.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff

avatar

Masculin Nombre de messages : 446
Age : 62
Localisation : Bruxelles - Belgique
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Lun 28 Jan 2008 - 8:43

Bonsoir,

La Convention de Berne protège le loup même en France.

Celle-ci a signée la dite Convention.

Staff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cpnbrabant.be
Michel
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 2957
Age : 68
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Lun 28 Jan 2008 - 8:50

Oui est alors ??????????? Tout le monde le sais ce n'est pas un scoop, tu enfonces des portes ouvertes

Qu'est ce que tu veux dire ??????

Wooulf a écrit:
...de la REPUBLIQUE FRANCAISE...
... STAFF, je commence à penser que tu le fais exprès.



Bob.

Moi aussi je croyais, qu'il le faisait exprès, mais non c'est son état normal... geek geek

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CANIS
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 2965
Age : 65
Localisation : Sud Sud Est des Alpes
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Lun 28 Jan 2008 - 9:47

Staff, tu as tendance à tout mélanger, Suisse ; France ; Sénat ; éleveurs, convention de Berne ; faits gaffe ça fout la pagaille .

_________________
Respecte la nature et elle te le rendra. Détruis-la, et elle te détruira. Ce n'est que justice.
Aussi petit que soit l’amour, il sera toujours plus grand que la haine.


Le coup de fusil part. L'oiseau tombe, moins bas que le chasseur.
Sylvain Tesson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ugatza
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 7456
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   Lun 28 Jan 2008 - 11:23

Voui, ce texte est celui d'un groupe de sénateurs inspirés par les idées de Lassalle, Bonrepeaux, De Villiers and co.
Il exprime des souhaits qui s'ils étaient repris pourraient poser problème.
On parle de ces démagogues, pas de la politique du "super" ( rire ) ministère de l'Enviquoi et du Développement du râble du Président.
Y a nuance!
Je me demandais pourquoi les loups évitent la Belgique... geek

_________________
A quoi ça sert un ours?
Et toi, à quoi sers-tu? Tu existes, c'est tout et c'est déjà prodigieux.
Et bien, c'est la même chose pour l'ours. C'est un être vivant, cela suffit.
Claude Dendaletche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand les Sénateurs s'en mêlent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand les Sénateurs s'en mêlent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Prendre du poids quand on n' a pas faim
» A partir de quand acheter des poussins ?
» méditation : quand méditer
» Que faire quand nos chevaux ont peur?
» Quand on mire un oeuf clair y voit-on aussi des veinules

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nature et Biodiversité :: Nature et Biodiversité :: GRANDS PREDATEURS :: Loup-
Sauter vers: