PortailAccueilGalerieDossiersFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Les bulletins loup N° 26 et 27 viennennt de paraitre : http://nature-biodiversite.forumculture.net/t69-bulletin-loup-oncfs-mars-1998-a-septembre-2012 pourles lire "sans problème" les enregistrer puis les ouvrir sous Adobe reader X

Partagez | 
 

 La Conférence de la biodiversité lance le "message de P

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michel
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 2957
Age : 68
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: La Conférence de la biodiversité lance le "message de P   Mer 27 Sep 2006 - 0:52

Lu sur internet :

Source : http://www.premier-ministre.gouv.fr/information/actualites_20/conference_biodiversite_lance_message_56917.html

Citation :
La Conférence de la biodiversité lance le "message de Paris"

Nelly Olin a clôt, le 21 septembre 2006, la conférence "Biodiversité : coopération européenne eu développement" qui s’est tenue à Paris, à l’initiative de la France et de l’Union mondiale pour la nature. Le but recherché par les participants était un plus grand engagement des instruments de coopération de l’Union européenne et de ses Etats membres pour la protection de la biodiversité.
De plus en plus vite, la planète perd en diversité biologique : d’ici la fin du siècle, 25 à 50 % de toutes les espèces pourraient disparaître. Un taux de disparition mille fois supérieur au taux normal. "Malheureusement, dans les pays développés on réduit parfois la conservation de la diversité biologique à celle d’espèces symboliques, comme les grands prédateurs, les dauphins, ou encore les plantes menacées. C’est bien naturel, mais c’est loin d’être suffisant. Derrière ces espèces emblématiques, se profilent en effet toutes les autres espèces, celles que nous connaissons et surtout celles qui nous restent à découvrir", a souligné la ministre dans son discours.

Or, les conséquences sont dramatiques pour la nature, mais aussi pour les populations les plus pauvres du globe dont l’alimentation, les médicaments et l’énergie proviennent des ressources naturelles. Il s’agit là de pays dont 25 % du total des richesses proviennent de l’environnement, contre 4 % pour les pays de l’OCDE.

Perte de la biodiversité : un obstacle au développement

Réduction de la pauvreté et conservation de la biodiversité sont donc deux défis étroitement liés qui concernent des domaines extrêmement divers : alimentation, gestion de l’énergie, matériaux de construction, médicaments, fertilité des sols, purification de l’eau et contrôle des inondations et de l’érosion. Des éléments qui, parfois, entrent en conflit avec les projets de développement : "Ces priorités à court terme, tout à fait légitimes, conduisent parfois, hélas, à la détérioration du patrimoine biologique de ces pays et sont un obstacle sérieux à leur développement à long terme", a estimé Nelly Olin.

A l’issue de la conférence, les participants ont lancé un "message de Paris" à destination du Conseil des ministres de l’Union européenne. Ce signal exprime la préoccupation quant au déclin des services fournis par les espèces et les écosystèmes. Les résultats de leurs travaux doivent contribuer aux efforts visant à atteindre l’Objectif Biodiversité 2010 et les Objectifs du Millénaire pour le développement 2015. Mais pour Nelly Olin, "face à l’urgence, nous devons aujourd’hui accélérer le mouvement".

La France s’est déjà dotée d’une "stratégie nationale en faveur de la biodiversité". Nelly Olin en présentera les trois derniers plans prochainement, en Conseil des ministres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 2957
Age : 68
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Suite   Mer 27 Sep 2006 - 2:45

actualites-news-environnemen a écrit:

La conférence « Biodiversité et Coopération européenne au Développement » organisée à Paris par l'Union Mondiale pour la Nature (UICN) s'est terminée par un appel pour permettre aux personnes pauvres de gérer les ressources naturelles. Permettre aux personnes pauvres de mieux contrôler les ressources naturelles afin de réduire la pauvreté et d'atteindre un usage durable de la biodiversité, voici le principal message de la conférence UICN « Biodiversité et Coopération européenne au Développement », qui s'est terminée le 21 septembre dernier à Paris.

Organisée par l'Union Mondiale pour la Nature (UICN), plus de 400 participants issus des gouvernements et de la société civile des pays en développement et industrialisés ont adopté le « Message de Paris », en indiquant le chemin à suivre pour mieux intégrer la biodiversité dans la Coopération européenne au Développement.


« La France est heureuse d'avoir pu accueillir cette importante Conférence qui, pendant trois jours, a donné la parole à des représentants des pays du Sud, du Nord et de la société civile pour renforcer la prise en compte de la conservation de la biodiversité dans les politiques de coopération de l'Union Européenne. Le « Message de Paris » nous montre la voie à suivre pour y parvenir » a déclaré Nelly Olin, Ministre de l'Ecologie et du Développement Durable de la France.

« La Nature est la plus grande agence de coopération au développement, elle nourrit et protège plus de six milliards de personnes chaque jour. Toute la coopération au développement réunie ne peut pas en faire autant » nous confie Tamas Marghescu, Directeur du Bureau Régional pour l'Europe de l'Union Mondiale pour la Nature.

Avec environ 25% du total des richesses des pays à bas revenus provenant de l'environnement, la conservation de la diversité des espèces et des écosystèmes est crucial pour le développement de ces pays. En comparaison, 4% des richesses des pays de l'OCDE est issu de l'environnement.

Le « Message de Paris » exprime la préoccupation quant au déclin des services fournis par les espèces et les écosystèmes essentiels pour le bien-être de l'humanité, comme les aliments, l'énergie, les matériaux de construction et les médicaments; et la régulation des services, comme la fertilité des sols, la capture du carbone, la purification de l'air et de l'eau, la pollinisation et le contrôle des inondations et de l'érosion.

De récentes recherches démontrent que les deux tiers des services écosystémiques se détériorent et les espèces disparaissent à un taux 1,000 fois supérieur au taux normal.

Pour arrêter la perte de la biodiversité et l'intégrer dans les considérations environnementales de la coopération européenne au développement, les participants se sont accordés pour établir des recommandations qui mettent l'accent sur la conservation de la diversité biologique dans les politiques de développement; améliorer la gouvernance en reconnaissant les droits des personnes pauvres et collaborer avec la société civile; et travailler pour une meilleure cohérence des politiques.

La Présidence finlandaise de l'Union Européenne informera le Conseil des Affaires Générales et des Relations Extérieures de l'UE du « Message de Paris » en décembre 2006.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 2957
Age : 68
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Le "Message de Paris"   Mer 27 Sep 2006 - 2:49

Le « Message de Paris »

Les participants se sont inquiétés du déclin observé dans la fourniture de biens et services par les écosystèmes, déclin qui menace le développement durable et les moyens de vie des communautés les plus démunies. La nécessité de construire des liens plus forts entre la biodiversité et le développement durable a été reconnue par la communauté internationale, y compris par les Parties à la Convention sur la Diversité Biologique, qui ont observé que l’objectif biodiversité devait être mis en oeuvre comme une « contribution à la réduction de la pauvreté et au bénéfice de toute vie sur la terre ».

L’Union Européenne fournit plus de la moitié de l’aide mondiale au développement et a fait des efforts considérables pour soutenir les actions en faveur de la biodiversité, en proposant l’intégration de cette question dans différents secteurs. Une indication récente de l’engagement de la Commission Européenne à améliorer l’intégration de la biodiversité dans la coopération européenne au développement se retrouve dans « Arrêter la perte de biodiversité d’ici 2010 – et au delà ». En 2006, aussi bien les Ministres en charge du Développement et de l’Environnement de l’OCDE que les institutions de l’Union Européenne ont souligné qu’ils soutiendraient les efforts fournis par les pays partenaires pour prendre en compte les considérations environnementales dans le développement et les Documents de stratégie de réduction de la pauvreté. Si la Déclaration de Paris sur l’Efficacité de l’Aide en 2005 cherche à mieux intégrer l’environnement dans le développement au niveau sectoriel et national, la prise en compte des considérations environnementales dans les politiques de développement et d’échanges commerciaux reste encore à réaliser.

Pour une action concertée sur l’intégration de la biodiversité dans la coopération européenne au développement, les participants ont identifié la série de défis et d’activités suivante :



  • Défi n°1 : intégration

    La coopération européenne avec les pays partenaires joue un rôle central dans l’atteinte des objectifs du développement et pour la durabilité de l’environnement. Les efforts pour améliorer l’intégration environnement - développement devraient viser à renforcer les politiques et les institutions qui appuient la réduction de la pauvreté rurale.
    Les participants encouragent la Commission Européenne et les Etats membres à soutenir leurs pays partenaires pour :
    - Promouvoir un développement rural durable en utilisant la biodiversité comme un capital pour la réduction de la pauvreté, minimisant ainsi les risques et améliorant la sécurité alimentaire, la nutrition et la santé ;
    - Développer et soutenir le recours à des mécanismes de financement novateurs pour la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité et la réduction de la pauvreté ;
    - Renforcer la société civile, en particulier les communautés locales et les communautés indigènes, afin de construire une masse critique locale en mesure de promouvoir l’intégration de l’environnement et du développement.
    - Intégrer les questions environnementales dans les stratégies de réduction de la pauvreté et les instruments de politique macroéconomique (DSRP), et suivre les progrès faits pour traduire les politiques en actions.

  • Défi n°2 : gouvernance

    Les systèmes de gouvernance équitables, transparents et efficaces sont essentiels aussi bien pour la réduction de la pauvreté que pour la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité. Les gouvernements ne peuvent, ni ne doivent décider tous seuls du cadre de gouvernance. La gouvernance agit à bien des niveaux, de l’international au local. Il est particulièrement important de renforcer les capacités des populations les plus démunies, les communautés locales et les peuples indigènes à gérer les ressources naturelles.
    Les participants encouragent la Commission Européenne et les Etats Membres à :
    - Incorporer des mesures effectives dans les Documents de stratégie nationale et les politiques sectorielles permettant de renforcer les politiques et les institutions qui soutiennent la reconnaissance formelle des droits des populations rurales et autochtones à gérer les ressources naturelles et à en tirer profit.
    - Rechercher systématiquement des intrants et des opinions venant de la société civile, en particulier les communautés les plus démunies et les peuples indigènes, de même que les points de vue gouvernementaux, dans la détermination des priorités nationales pour son programme d’aide.

  • Défi n°3 : instruments et cohérence des politiques

    Appuyer avec succès le développement durable dans les pays en développement aura des conséquences positives directes sur les préoccupations domestiques clés de l’UE, telles que la migration et la sécurité. L’UE a par conséquent besoin de travailler pour une plus grande cohérence dans ces domaines.
    Les participants encouragent la Commission Européenne et les Etats membres à :
    - Utiliser pleinement les opportunités que présentent des instruments tels que l’appui budgétaire, l’approche sectorielle large, etc. pour faire progresser la prise en compte transversale des préoccupations environnementales dans le développement, y compris à travers un dialogue à haut niveau sur les politiques ;
    - Encourager l’utilisation systématique des évaluations environnementales stratégiques en appui à cette prise en compte transversale ;
    - Améliorer la cohérence entre les politiques de l’UE et les accords de partenariat économique en relation avec l’environnement et le développement, le commerce, l’agriculture, les pêches, le tourisme, le transport et les infrastructures ;
    - Apporter le leadership et les moyens nécessaires pour aider les pays partenaires à créer un contexte favorable où les entreprises soucieuses de durabilité peuvent être des partenaires efficaces dans la mise en oeuvre de la conservation et du développement ;
    - Soutenir le développement des connaissances et la recherche participative ;
    - Agir sur la demande, en particulier par voie législative, pour réduire l’impact écologique de la consommation et du commerce européens sur les forêts de monde et les ressources océaniques ;
    - Au niveau international, travailler avec les pays partenaires pour réformer la gouvernance mondiale, et renforcer également le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), les Accords Multilatéraux sur l’Environnement (AME) et leurs mécanismes de mise en oeuvre.

  • Défi n°4 : reconnaissance de la biodiversité dans les pays et territoires d'Outre-Mer

    L’UE devrait développer un cadre cohérent pour l’environnement dans les Pays et Territoires d'Outre-Mer (PTOM) afin de promouvoir la gestion durable de leurs zones importantes pour la biodiversité, et également encourager les efforts conjoints avec les Régions Ultrapériphériques (RUP), en prévoyant les mécanismes financiers adéquats.

    la voie à suivre
    Les participants ont insisté sur le besoin d’incorporer l’objectif biodiversité 2010 dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) afin de promouvoir l’intégration de la biodiversité dans la coopération au développement. Ils ont également accueilli favorablement l’engagement de la présidence finnoise de l’UE à soumettre le Message de Paris au Conseil chargé des Affaires Générales et des Relations Extérieures en Décembre 2006.
    Les participants ont encouragé le Conseil et le Parlement européens à échanger et à prendre position sur la Communication intitulée « Arrêter la perte de biodiversité en 2010 et au-delà ».


En conclusion, ils ont exprimé leur gratitude aux sponsors et au pays hôte pour l’organisation de la conférence de Paris qui a permis de créer un espace de dialogue entre les acteurs de la conservation et du développement du Nord et du Sud.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Conférence de la biodiversité lance le "message de P   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Conférence de la biodiversité lance le "message de P
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vidéo] "Message sumbiminaux illuminati"
» Indication "nouveau message" dans un sujet en contenant beaucoup
» ATTENTION précision "rappel à la loi"
» Colloque sur la biodiversité des milieux aquatiques en Bretagne, le 24/11/2010 à Rennes
» [SPAM] un chien mort "pr l'art"...et bientôt une autre victime!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nature et Biodiversité :: Nature et Biodiversité :: Problèmes Ecologiques :: Menaces sur la Biodiversité-
Sauter vers: